Taxes explained by beer glassesLes impôts expliqués par les verres de bière

,

The principle of taxation seems to be explained by a simple logic. But many do not yet understand yet.

Imagine that every day, 10 friends meet for a beer and the bill total amounts to 100 euros.(Normally, that would 10 euros per person).

But our ten friends decided to pay this bill in a distribution that is based on the calculation of income tax, which gave something like this:
· The first four men (the poorest!?) Would pay nothing.
· The fifth would pay 1 euro
· The sixth would pay 3 euros
· The seventh would pay 7 euros
· The eighth would pay 12 euros
· The ninth would pay 18 euros
· The last (the richest?) Should pay 59 euros.

The ten men met every day to drink their beer and seemed quite happy with the arrangement.

Until one day the owner threw them a dilemma:

« As you are all such good customers, he said, I decided to make you
a discount of 20 euros on the total bill. So now you will pay your 10 beers, 80 euros. « 

The group still wanted to pay the new amount in the same way they would have paid their taxes. They would still drink for free. But how about the other six (paying customers), they divide the 20 euro windfall so fair?
They realized that 20 divided by 6 euros 3.33 euros.

But if they subtracted that from everybody’s share, then the fifth and sixth man should be paid to drink his beer.

The bar owner suggested that it would be fair to reduce each of the addition of a percentage of the same order, so he made the calculations.

This gave something like this:
· The fifth man, like the first four, now paid nothing. (A poor more? Ndt)
· The sixth now paid 2 euros instead of 3 (33% reduction) · The seventh now paid 5 euros instead of 7 (28% off)
· The eighth now paid 9 euros instead of 12 (25% off)
· The ninth now paid 14 euros instead of 18 (22% off)
· The tenth now paid 50 euros instead of 59 euros (16% of
reduction)

Each of the six « premium » paid less than before and the first four continued to drink for free.

But once outside the restaurant, to compare their savings:
« I only got a 20 euro on the euro club, » said the sixth, he named the 10th « , he was 9 euros. »

« Yeah! said the fifth, I only got 1 euro saving «  » It’s true! « Shouted the seventh, » why would he nine euros while I have been only two? The wealthy had the bulk of the
reduction « 

« Wait a minute, » yelled the first man, « the four of us got nothing at all us. The system exploits the poor. « 

The nine men surrounded the tenth and beat him.

The next night the tenth man (the richest?) Did not come.

The nine sat down and drank beers without him. But when it came time to pay their bill, they discovered something important: they did not have enough money to pay even half of what the addition

And that, my dear friends, is the strict reflection of our tax system.

The people who pay the highest taxes get the most benefit from a tax reduction.

Tax them too much, attack them for being wealthy, and they just may not show up anymore. In fact they might start drinking overseas …

For those who understand, no explanation is necessary.

For those who did not understand, no explanation is possible.

Le principe des impôts semble pouvoir s’expliquer par une logique assez simple. Mais beaucoup pourtant ne le saisissent toujours pas.

Imaginons  que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que  l’addition totale se monte à 100 euros. (Normalement, cela ferait 10 euros par  personne).

Mais nos  dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire  du calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donna à peu près ceci  :
· Les 4  premiers (les plus pauvres !?), ne paieraient  rien.
· Le  cinquième paierait 1 euros
· Le  sixième paierait 3 euros
· Le  septième paierait 7 euros
· Le  huitième paierait 12 euros
· Le  neuvième paierait 18 euros
· Le  dernier (le plus riche ?!) devrait payer 59  euros.

Les dix  hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez  contents de leur arrangement.

Jusqu’au  jour où le tenancier les plaça devant un dilemme  :

« Comme  vous êtes de bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire
une remise de 20  euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que  80 euros. »

Le groupe  décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils auraient  payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais  comment les six autres, (les clients payants), allaient  diviser les 20 euros de remise de façon équitable ?
Ils réalisèrent que 20  euros divisé par 6 faisaient 3.33 euros.

Mais s’ils  soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme  devraient être payés pour boire leur bière.

Le  tenancier du bar suggéra qu’il serait plus équitable de réduire l’addition de  chacun d’un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs.

Ce qui  donna à peu près ceci :
· Le 5ème  homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (un pauvre de plus ?  Ndt)
· Le 6ème  paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction) · Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7  (28% de réduction)
· Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
·  Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
· Le 10ème paya 50  euros au lieu de 59 euros (16% de
réduction)

Chacun des  six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers  continuèrent à boire  gratuitement.

Mais  une fois hors du bar, chacun compara son économie  :
«  J’ai seulement eu 1 euros sur les 20 euros de remise », dit le 6ème, il  désigna le 10ème « lui, il a eu 9 euros ».

«  Ouais ! dit le 5ème, j’ai seulement eu 1 euros d’économie » « C’est vrai ! »  s’exclama le 7ème, « pourquoi aurait- il 9 euros alors que je n’en ai eu que 2  ? Le plus riche a eu le plus gros de la
réduction
  »

« Attendez  une minute » cria le 1er homme, « nous quatre n’avons rien eu du tout nous. Le  système exploite les pauvres ».

Les 9  hommes cernèrent le 10ème et l’insultèrent.

La nuit  suivante le 10ème homme (le plus riche ?!) ne vint  pas.

Les neuf  autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais quant vint le moment de  payer leur note ils découvrirent quelque chose d’important : ils n’avaient pas  assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de  l’addition

Et cela,  mes chers amis, est le strict reflet de notre système d’imposition.

Les gens  qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d’une réduction de  taxe.

Taxez les  plus fort, accusez-les d’être riches et ils risquent de ne plus se montrer  désormais. En fait ils pourraient commencer à aller boire à  l’étranger…,

Pour ceux  qui ont compris, aucune explication n’est  nécessaire.

Pour ceux  qui n’ont pas compris, aucune explication n’est  possible.

Signé
David R. Kamerschen, Ph.  D.
Professeur  d’économie